Invité de notre avant dernier podcast, Dginia découvre la musique électronique avec l’ambient et nous on l’a découvert au chill out beau rivage à Astropolis cette année. Il forge sa culture de production à mi-chemin entre groove et ambient depuis 1996 et commence sur Amiga et son légendaire Protracker, il produit depuis avec des outils virtuels variés du plus classique au plus étrange.

Il débute en tant que dj fin des années 90 à Lorient et pousse les sillons jusqu’à Berlin.
La pulsion vitale de produire du son ne faiblit pas. Il fait alors ses première armes de live act lors de ses résidences aux platines dans le quartier de Kreuzberg. De retour en France il sera lauréat live du tremplin BZH sound system d’Astropolis en 2005.

Admirateur du dub minimal à la Basic Channel et Maurizio, enthousiasmé par les productions allemandes dont Thomas Brinkmann, fan de broken Jazz, Dginia se délecte de Drum N’Bass mais surtout de beats en tout genre toujours bien « montés ». Il dévore les sorties du label Ninja Tune et encore plus l’abstract HipHop de Flako, la vie Flying Lotus, celle Dimlite ou encore The Clounious.

Toutes ses influences font de ses productions un mélange atmosphérique, de minimal groove, nappée de pads et parsemée de noize. On peut dire que ça nous fait un peu penser à Mount Kimbie et ça on aime !

Guest from our last but not least podcast, Dginia discovers electronic music with ambiant and for us we discover him on the chill out scene at Astropolis this year. He digs his production skills between the genre of groove and ambiant since 1996, and begins on Amiga and his legendary Protracker. He now produce with software from the more classical to the more strange.

He begins as a DJ in the late nineties in Lorient and works enough to play in Berlin. Producing beats don’t go and he follows his career with some live acts in Kreuzberg. Back in France he owns the price of the best live of the Astropolis’ newbies in 2005.

Fond of minimal dub from the likes of Basic Channel and Maurizio, seduced by german works of Thomas Brinkmann for example, he loves broken jazz, drum’n'bass and catchy pimped beats. He eats every Ninja Tune releases and even more Flako’s abstract hip hop, especially Flying Lotus, Dimlite or The Clounious though.

Melt together, those influences leds to a kind of minimal groove, something deep, something noisy, great pads added on this. We could tell that there ‘s something we could compare to Mount Kimbie, and we’re loving it !

Artist: Dginia | Episode: 065 | Info and download here.

Commentaires

  1. [...] Dginia est un artiste Live repéré par la team Input selector lors d’Astropolis 2010 : http://www.inputselector.fr/2010/09/16/is-065-dginia-live/ [...]

  2. [...] quel dancefloor et l’édulcoré Celebrate Misery (pouvant faire penser à la touche de notre cher breton Dginia) escortés d’un remix de XDB et d’un edit de Celebrate Misery ou tous les éléments [...]